L’exploitation « Primeurs des fontaines » dans France 2 !

Nous sommes heureux de vous dire que l’exploitation est passée au journal de 13h de France 2. On y voit la récolte de la ciflorette et sa préparation dans un restaurant du village. C’est ici sur le site de France 2

Publié dans Non classé, presse | Commentaires fermés

Les ciflorettes disponibles dans les paniers Vallis Clausa

Notre ami Périco Légasse de chez Marianne reparle de la ciflorette. Cette fraise délicieuse cultivée en Provence près de Carpentras est disponible dans les paniers Vallis Clausa jusqu’à la fin juin. Ce joyau de notre terroir dont nous sommes si fiers, retrouvez l’article ci-dessous.

Vous pouvez commander les paniers ici : http://www.vallisclausa.fr/

couverturepage article 1page article 2

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Nos paniers Vallis Clausa chez Qualité & Co

Nos paniers Vallis clausa disponibles dans les restaurants Qualité & CO. Merci pour l’article ! http://www.qualiteandco.com/infos/article/dou-elle-vient-fraise-qualite-co

Vous pouvez les suivre ici : http://www.facebook.com/qualiteandco

Vous pouvez vous faire livrer en passant par là : http://www.vallisclausa.fr/

n’hésitez pas, il y a déjà des fraises !

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

On reparle de la ciflorette (marianne du 20 au 26 avril)

 

je remets le blog en route car il y a plein de nouveautés !

Tout d’abord rattrapons le retard. Voici Ci-dessus un chouette article écrit par Périco Legasse dans le marianne du 20 au 26 avril.

Ensuite je dois vous parler de ma collaboration avec l’agence Vénus en Mars (http://venusenmars.com/) avec qui j’ai travaillé sur la création de ma nouvelle marque Vallis Clausa (j’en parle dans un instant)

J’ai trouvé enfin le panier parfait pour lancer mes paniers de fruits, ils sont made in france

crédit photo Jérémie Wach-Chastel

crédit photo jérémie wach-chastel

Depuis ma collaboration avec le Lafayette Gourmet boulevard Haussman dont voici des photos :

J’ai participé mardi 11 juin a une journée de présentation presse au siège des galeries lafayette (44 rue chateaudun), qui a été riche en rencontres. Voici le stand

Dans le prochain article je vous parlerai en détails de mon panier de fruit Vallis Clausa disponible dès maintenant en île de France

Publié dans Non classé, presse | Commentaires fermés

La Poire Louise-Bonne des Alpes de Haute Provence

Produite à Beynes, la Louise Bonne de Provence a trouvé écho dans le Marianne de cette semaine.

La Louise Bonne est une poire originairement de Normandie qui a trouvé en Provence un terroir parfait pour sa maturation et son goût. Cette poire est disponible jusqu’à fin décembre (elle se garde très bien en frigo).

"Quatre Poires pour un festin"

Publié dans presse | Commentaires fermés

On reparle de la ciflorette et du melon de cavaillon : Marianne du 9 au 15 juillet 2011

On parle des fraises de carpentras et du melon de cavaillon, produits dans l’exploitation « Les primeurs des fontaines » où travaillent mon père et mon oncle.

Publié dans Non classé, presse | Commentaires fermés

On parle de la Ciflorette !

Je m’occupe de la distribution de la fraise ciflorette vers les grands hôtels et restaurants de Paris. La Ciflorette fait parler d’elle dans le Marianne de cette semaine sur les chroniques gastronomiques de Perico Légasse. Voyez plutôt la belle éloge de ce produit dont nous sommes très fiers. (cliquez sur la photo pour agrandir l’article)

 

Publié dans presse | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Lancement du site Thibaut Pique Sélection !

Bienvenue à tous sur le site de Thibaut Pique Sélection.

Je suis fils d’agriculteur diplômé d’école commerce et ancien salarié du secteur de l’alimentation haut de gamme.

J’ai décidé de mettre en place ma propre société de commercialisation de fruits, légumes et produits frais en constatant l’état du marché national par rapport aux produits français, et plus particulièrement du marché Parisien.

Paris souffre du fait que la production régionale, bien que historiquement importante, n’est largement pas suffisante pour subvenir aux besoins de la population parisienne. Le marché de Rungis s’est mis en place à l’extérieur de Paris dans les années 50 pour répondre efficacement à la demande… trop efficacement !

La déconnexion de la population avec ce qui est maintenant le plus grand marché du monde (pas en spécialiste mis à part en fruits et légumes mais en généraliste), a fait que l’importation de massive de produits étrangers est courant, et ce quelque soit la saison pour avoir n’importe quoi n’importe quand. L’exemple le plus flagrant étant les tomates de hollande consommées en France en plein hiver.

La recherche du prix le plus bas a conduit les grossistes à aller chercher les produits là où la main d’oeuvre était la moins chère, quelque soit la qualité du produit au final, jusqu’à aller à l’autre bout du monde pour avoir certains produits toute l’année : asperge du Chili, kiwi de Nouvelle-Zélande, pêche d’Australie, etc. Sachant que ces produits mûrissent en bateau pendant la ou les semaines de leur voyage, vous pouvez imager l’état dans lequel ils sont récoltés, et le fantasme avec lequel on les appelle « mûr ». Ceci étant, la recherche des coûts les plus bas est valable aussi à l’autre bout du monde donc les produits sont importés en quantités plus importantes encore pour rentabiliser le transport !

Néanmoins cette pratique n’est pas la fatalité. Différentes choses se sont mises en places ces dernières années; développement du bio, circuit courts, respect des saisons, paniers potagers via AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne)… Les besoins des restaurateurs n’étant pas exactement les même que ceux de la population, les modèles qui intègrent directement les besoins et aspirations des gens sont ceux qui triompheront à terme, quelque soit le temps que cela prendra.

Je suis une de ces personnes qui en connait juste assez pour se dire que ce serait une bonne chose d’accélérer le mouvement, et surtout pour prouver que la qualité, travaillée intelligemment, n’est pas forcément plus chère que ce qu’on trouve en supermarché.

Réfléchissez au mot « paysan », cela fait penser à paysage. Le paysan est celui qui sculpte le paysage par son activité dans la nature. Mais on ne peut bien sculpter que ce qui est déjà présent, aussi, le bon paysan est celui qui cultive les produits d’abord adaptés au lieu dans lequel il vit (car un paysan ne vit généralement pas bien loin de là où il travaille, les fruits et légumes ne partent pas en vacance, ils faut prendre soin d’eux tous les jours de l’année). C’est le fameux terroir.

Chaque terroir de production comporte un bouquet de produits parfaitement adaptés au climat, et fournissant le maximum de goût lorsqu’ils sont consommés à la bonne saison. Grâce à la richesse de ses climats, la générosité de ses sols et la qualité de son savoir-faire, la France possède un potentiel de qualité unique dans le monde… Il est dommage que les français, et en particulier les parisiens, n’en bénéficient pas.

Je veux donc ramener un peu de cette superbe qualité dans les assiettes parisiennes en coupant les intermédiaires et en me concentrant sur l’essentiel : le goût, la fraîcheur.

Lorsque je propose un produit bio, je le propose parce qu’il est bon, pas parce qu’il est bio. Inversement, un produit qui aurait se serait vu déversé quantité d’engrais et de produits chimiques pour qu’il puisse mûrir le vite possible, le plus tôt possible et en des quantités les plus importantes possibles sera toujours moins bon qu’un produit utilisant des techniques de production intelligente : la sélection sur le goût tient déjà de toute façon compte des techniques de production. La sélection sur les techniques de production (le bio par exemple) ne tient pas forcément compte du goût !

Une tomate ayant reçue plein de produits chimique sera belle (ce qu’on appelle la qualité « organoleptique ») mais ne sera pas bonne, ce sera de l’eau dans une enveloppe rouge.

Une tomate bio récoltée trop tôt ou trop tard n’aura certes aucune conséquence sur la santé mais n’aura aucun goût

Une tomate bio ou normale plantée, soignée et récoltée avec soin et intelligence sera délicieuse pour le goût et le corps.

Un seul conseil : goûtez par vous-même et mangez BON !

Bienvenue sur Thibaut Pique Sélection.

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire